Je me sens glisser vers le vide. Extinction de la volonté.

Le repos est un abandon au profit de l’invisible agissant.

Les portes du corps s’ouvrent et les rêves s’enracinent à mesure que je m’enfonce dans le sol.

A nouveau, les tiroirs de la conscience s’étalent chaotiquement.

Paradoxe du vivant que de faire renaître l’énergie grâce à l’inertie.

bap