« Comme dans le travail de l’enfantement, c’est la puissance du corps à sécréter du vivant depuis sa propre matière qui nous intéresse » Laurence Louppe Poétique de la danse contemporaine

Danser pour et à travers chaque respiration, chaque expression vitale.

La physicalité est vectrice d’elle-même mais aussi, d’émotions, d’engagement, de sens, d’une expression consciemment construite tout autant que d’inconnues et ‘d’intériorités obscures’ qui demandent à être reconnues.

Chorégraphier, improviser et transmettre c’est composer avec tout ça, défi… Mais aussi désir.

Les parts d’ombres de notre humanité surgissent aujourd’hui de façon exponentielles, c’est ce qu’on vit à travers une crise écologique, économique et sociale mais aussi politique et sanitaire. Ce qui fait beaucoup.

Lorsqu’on sent le danger se rapprocher on peut éprouver une nécessité nouvelle à trouver sa juste place. Depuis quelques années j’élague en moi et je me reconstruis pour aller vers un avenir incertain mais dont je me sens l’obligé afin de rester intègre. L’urgence me pousse vers les valeurs du coeur, seules assez puissantes pour aller un certains temps à contre-courant de l’auto-destruction programmée.

Et pour être à la hauteur de ces puissantes pulsations, la quête ne peut pas être seulement artistique, elle doit interroger ma nature profonde en ouvrant sérieusement mes champs d’inspirations et d’explorations.

Heureusement, le monde nous fournit nombre de passionnés qui développent, chacun en leur domaine, des idées fondamentales, rafraîchissantes et profondes. Il est nécessaire de s’en saisir, d’intégrer et de s’approprier ce qu’on peut de leurs expériences.

Ceux qui nous offrent une vision incarnée du corps, révélant ainsi qu’il est source de sens et par là de joies, font parties de mes principales sources d’inspiration. J’ai choisi d’approfondir certaines idées, celles offertes par le Body-Mind Centering® sont un inestimable terreau.

Par exemple, derrière cette pratique de « centrage corps et esprit », je comprends qu’il suffit de baisser les yeux sur sa propre matière physique pour accéder à une compréhension intime de sa nature. En me rappelant le sens multiformes de ce mot « nature » j’en viens à observer que respecter son environnement passe aussi par se donner soi-même une pleine considération.

Mon plus grand souhait aujourd’hui est de faire de mes danses, mon enseignement et ma vie une grande circulation, un fluide pulsatif engagé. L’observation des cycles de l’eau dans le corps et sur Terre nourrissent mon imaginaire, ma pratique et ma sensibilité.

De toute mon âme, et avec toutes mes capacités, c’est à cela que je travaille, afin d’offrir quelque chose dont le sens m’échappera toujours dès lors que cela ne m’appartiendra plus, mais qui pourra voguer vers de nouvelles transformations. Et nourrir peut-être des réflexions, la conscience du mouvement, le sentiment d’un soi vibrant et unique ou encore d’autres choses que je suis incapable de concevoir.

Il y aura toujours plus à découvrir et à comprendre que de certitudes. Alors c’est en toute humilité que je veux participer à créer, collectivement et individuellement, jour après jour, un monde composé d’humains confiants, attentifs, curieux et bien sûr respectueux de « leur nature ».

Benjamin-Aliot